Un «carnet d’imagination» pour être soi-même

Dans Le Bahut Rose, je vous parle de manières originales et poétiques de prendre «soin de soi». Plus particulièrement à travers les soins, la nature et l’art.

L’art fait du bien! Il y a plein de manières d’y accéder. Regarder une oeuvre d’un artiste que l’on admire. Écouter la musique d’un compositeur célèbre. Visionner un grand chef-d’oeuvre. Et aussi, s’adonner à l’art. Parce que c’est une douce façon de prendre soin de soi. Une occasion de prendre soin de son imagination!

carnet d'imagination, papier calque, carton, corde

Mon premier «carnet d’imagination», Marie G

C’est quoi un «carnet d’imagination»?

C’est comme un laboratoire miniature, facilement transportable, où vous avez la possibilité de découvrir ce que se cache dans votre imaginaire. Une façon d’explorer votre faculté à créer, à concevoir et à inventer.

J’ai commencé mes carnets suite à un atelier avec l’artiste Caroline Boileau. Celle-ci nous proposait le carnet de croquis comme un «atelier portable». 

Alors, c’est là que j’ai eu le gout de fabriquer mon carnet, plutôt que de l’acheter. J’adore récupérer! Nous avons tous des papiers un peu froissés et des bouts de cartons qui trainent quelque part. S’ils sont inutilisables pour une œuvre achevée, ils seront parfaits pour un «carnet d’imagination»!

Puis, j’ai laissé place à mon imagination, et j’ai commencé à faire un trou avec un poinçon sur la première feuille de mon carnet. Un vide…Que m’inspire-t-il? Mais par quoi puis-je le remplir?

Par un geste, puis un autre et ainsi de suite en me laissant simplement guider par mon instinct.Pour moi, le «carnet d’imagination» comme je le nomme, me permet un rassemblement d’idées, un accumulation de traits, de formes, de taches avec cette belle intention, d’être sans obligations cohérentes.

Une façon d’être soi-même

En laissant place à l’intuition et à l’exploration, sur les pages de ce type de carnet, c’est une façon de voir son imaginaire. Parce qu’il permet de faire des gestes inattendus, créer par accident des taches, dessiner des formes inhabituelles et d’être librement soi-même et de se laisser surprendre!

La beauté de cette façon d’imaginer est, que même si vous croyez ne pas être doué pour le dessin, vous pouvez découvrir votre propre imaginaire. Et cela procure de la joie et de l’apaisement.

« L’imagination est plus importante que le savoir »

Albert Einstein

Pour ceux et celles qui s’adonnent déjà à l’art, ces images très personnelles et fructueuses seront fertiles pour une œuvre future. Elles révèleront de nouvelles avenues insoupçonnées à développer.

« Le monde de la réalité a ses limites; le monde de l’imagination est sans frontières. »

Jean-Jacques Rousseau

Fini et jamais fini

Je m’explique. Lorsque l’on fabrique un «carnet d’imagination», il est fini parce qu’on a fabriqué sa couverture et ses pages. Puis on rempli les pages de notre imaginaire et chaque page est maintenant utilisée. Mais il sera toujours possible d’y revenir plus tard, pour intervenir à nouveau. Parce que notre imaginaire n’arrête jamais, alors il ne sera jamais fini.

C’est comme un atelier ouvert. Alors, je viendrai y coller, sur une des pages, un petit morceaux de papiers déchiré, un fil de couleur ou une fibre quelconque, plusieurs jours, plusieurs semaines ou même des années plus tard. Rien ne presse, rien ne demande à être fini.

Un atelier miniature

Le carnet est l’œuvre. L’œuvre d’une place, que vous aurez créée, où sont permis les allers retours.  Un espace, un atelier miniature où vous y déposerez des éléments qui vous interpellent. Par exemple:

Cela peut être un morceau de ce vêtement usé que vous ne portez plus mais que vous gardez, tellement vous l’avez aimé. Il représente pour vous, tant d’histoires.

Ou, ce dessin raté à l’aquarelle qui dort dans le placard! Mais avec ce détail si beau, si réussi et qui pourrait prendre toute sa valeur dans votre «carnet d’imagination»…

À leurs tours, ces mêmes morceaux pourront tellement vous inspirer et générer de nouvelles pensées.

Mon premier «carnet d’imagination»

Je vous propose de regarder cette petite vidéo de mon premier «Carnet d’imagination». Pssst….c’est aussi ma première vidéo….je vais m’améliorer…c’est promis! 😉

Mon premier «carnet d’imagination» : cliquez ici pour voir la vidéo

Voici quelques explications:

J’ai utilisé un vieux carton, de la corde et des feuilles à calquer pour pouvoir faire des gribouillis.

gribouillis, papier calque, fusain, texture
Gribouillis sur papier calque, j’ai mis un papier d’emballage de tomates (qui avait des trous) sous le papier calque et j’ai frotté du fusain sur le papier calque. Je ne vois plus maintenant le papier d’emballage de la même manière 😉

Des pages sont épurées pour laisser place à de prochaines interventions. Ou simplement pour me laisser inspirer par des formes et des textures.

Collage, forme, minimaliste, épuré, papier calque, papier aluminium
Collage, papier aluminium sur papier calque, j’avais des vieux morceaux de papier d’aluminium que j’ai déchiré et collé sur le papier calque. Pour moi ils représentent un rythme, un flottement dans l’espace et des formes inhabituelles. J’aime regarder les formes mais aussi les espaces autour, cela m’apaise.

Et vous, que voyez-vous? Et si vous en fabriquiez un, que verriez vous?

J’espère que cela vous a inspiré! 🙂

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à cliquer sur la petite bande bleue «J’aime» juste en bas de l’article. Merci!

Vous êtes bienvenues à partager une photo de votre premier «carnet d’imagination» sur la Page FB Le Bahut Rose .

On imagine ensemble! :-)))

Vous pouvez laisser un commentaire en bas, j’aime bien vous lire. 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réponses sur “Un «carnet d’imagination» pour être soi-même”

  1. C’est une belle façon de s’initier à l’art, d’éveiller ses sens et de possiblement trouvé une approche différente à la création !
    L’art c’est la vie et dans la vie il y a l’art de vivre !
    Bravo Marie !

  2. Le laboratoire comme lieu d’expérimentation pour créer de la vie !
    “C’est le genre de laboratoire qu’on a envie de voir fleurir partout !” (disent, en souriant, les souris de laboratoire).
    Merci Marie de nous inspirer à créer. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *